Retour sur le Marathon du Mont-Blanc



Il y a cinq ans, je courrais le Marathon du Mont-Blanc, mon premier trail alpin et cette année, j’y retourne à nouveau avec mon frère Julien.

Comme la fois précédente, arrivés à Chamonix, nous dînons en terrasse en regardant passer des coureurs, bientôt finishers du 90km du Mont-Blanc, épreuve que je connais bien pour l’avoir couru deux fois dont l’an dernier.






Logés aux Houches, la veille de l’épreuve, nous décidons d’aller faire une randonnée sur le début de la Voie Royale pour se rendre au sommet du Mont-Blanc. C’est un repérage car nous espérons y aller un jour prochain. Nous prenons le téléphérique jusqu’à Bellevue puis marchons jusqu’au Nid d’Aigle. Après pique-nique et boissons car il fait très chaud, nous progressons entre pierriers et névés jusqu’à la Cabane des Rognes (2768m d’altitude). Le panorama vers les refuges de Tête Rousse et du Dôme du Goûter est superbe et nous pouvons imaginer la suite du trajet pour se rendre vers le sommet. Pour ne pas trop nous fatiguer lors du retour, nous prenons le tramway du Mont-Blanc ; nous  avons quand même parcourus 10km avec plus de 1000m de dénivelé positif.








Dimanche 30 juin est le jour de la course et le départ est avancé à 6h du matin (conditions météo) : je m’élance du sas 2 avec mon dossard 1249 du centre de Chamonix (1035m). Nous remontons progressivement la vallée ombragée pour atteindre Argentière (1250m). Nous franchissons ensuite le Col des Montets (1461m) avant de rejoindre Vallorcine (1260m), à deux pas de la Suisse.



Commence alors la progression vers le Col des Posettes (1997m) par un sentier très pentu et nous sommes encouragés par la foule comme lors du célèbre trail de Zegama. Au col, après un ravitaillement (il y a 5 ans, j’avais les doigts gelés par le froid et la pluie alors qu’aujourd’hui ils sont gonflés par la chaleur), nous montons en direction de l'aiguillette des Posettes (2201m) qui offre un panorama somptueux sur le massif du Mont-Blanc. Face à l'Aiguille Verte et au massif du Mont-Blanc, le sentier suit la crête de l'aiguillette en redescendant en direction de Tré-le-Champ. Le parcours est vraiment technique et très agréable car je me suis amélioré depuis mon premier marathon montagnard.




Au cœur du massif des Aiguilles Rouges, le chemin s'élève jusqu'à la Flégère (1875m) sous un soleil de plomb et une chaleur accablante. Nous terminons par un joli sentier régulier, en balcon et ouvert sur le Massif du Mont-Blanc, qui nous conduit jusqu’à l’arrivée à Planpraz (2050m). 




Je termine satisfait en plus de 8h, quelques minutes après Julien, soit près de 3h de plus que la dernière fois mais nous avions couru sur le parcours de repli dû à la météo, moins long et avec moins de dénivelé.


Ma prochaine course sera la CCC, 101km pour 6200m D+ le 30 août prochain à nouveau à Chamonix (mon 9ème trail chamoniard) et cinq ans après mon premier trail montagnard, je suis beaucoup plus aguerri en montagne.



30.06.2019 à 6h07’ : Marathon du Mont-Blanc  (Chamonix, dossard 1249, 44km, 2651m D+, 2 points Itra) : 8h02’32" (1141ème/2300, 316ème Master)



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mon Ultra-Marathon de Menton