Mon Ultra-Marathon de Menton



Nous attendions ces vacances au soleil et à la mer avec impatience ! Partis avec Cécile de Nancy, et après 11h30’ de route, nous arrivons à Menton à l’autre bout de la France par une belle soirée, le samedi 9 février 2019. Nous logeons en demi-pension à l’hôtel Bellambra au centre-ville, face à la mer et la vue de notre chambre est magnifique sur la grande étendue bleue.

Dimanche 10.02 à 8h55’ : Etape 1 : Menton-Italie aller-retour : 11km avec 86m D+ en 55’34"
Après une nuit réparatrice et un bon petit-déjeuner, je pars visiter la ville en courant : c’est la première étape de mon ultra-marathon de Menton et la vraie reprise de mes entraînements suite à ma blessure sur la TDS dans les Alpes 6 mois plutôt et mon injection de PRP. Je longe la plage et le bord de mer jusqu’en Italie où je passe la frontière et reviens par les hauteurs, le quartier de Garavan pour finir ma visite en courant par la vieille ville.  L’après-midi, nous flânons et découvrons cette belle ville de la Côte d’Azur.



Lundi 11.02 à 9h20’ : Etape 2 : Menton-Castellar aller-retour : 14km avec 348m D+ en 1h23’11"
Je pars un peu au hasard en en prenant des sentiers jusqu’au premier village de moyenne altitude, Castellar, puis je rentre par la route sous un beau soleil.
Nous déjeunons en bord de mer, et, l’après-midi, nous visitions le jardin de Val Rameh, imprégné des douceurs de l'Italie baroque et du passé des princes de Monaco, avec ses citronniers, orangers, mandariniers…


Mardi 12.02 : Je fais une pause et me balade au port de Menton pour faire des photos. Nous allons ensuite jusqu’à la gare et nous nous arrêtons pour regarder les chars en préparation pour la fête des citrons. Puis, nous partons en train (10 minutes de trajet) visiter Monaco : ses palaces Belle époque et son célèbre casino, son rocher sur lequel est juché la vieille ville avec son palais, sa cathédrale et son musée océanographique et les quartiers de La Condamine, Fontvieille et du Larvotto (195 hectares soit moins de 2km2 dont 40 ha gagné sur la mer).



Mercredi 13.02 à 9h08’ : Etape 3 : Menton à Sainte-Agnès aller-retour : 17,4km avec 721m D+ en 2h09’58"
Il fait chaud en plein soleil et les sentiers sont raides mais heureusement je suis parti avec une boisson. Sainte-Agnès est connue pour être le plus haut village littoral d'Europe : il s'accroche sur une falaise de calcaire gris, avec de petites rues étroites, voutées, pavées et les vestiges du fort culminent à 766m d'altitude avec une vue incroyable sur Menton, le panorama est sublime.





Jeudi 14.02 à 8h35’ : Etape 4 : Menton à Rocquebrune-Cap-Martin : 17km avec 450m D+ en 1h46’53"
Je pars de Menton en longeant le bord de mer jusque Cap Martin et j’emprunte ensuite la promenade Le Corbusier, l’ancien chemin des douaniers entre mer et oliviers centenaires. Au niveau de la gare, mon parcours s’élève jusqu’au Vistaero situé à 300m au-dessus de la mer : la vue est merveilleuse sur le Cap Martin, Menton, la pointe de Bordighera, le Cap Mortola en Italie et en contrebas, Monaco et Beausoleil, dominés par le rocher de la Tête de Chien et La Turbie. Je fais demi-tour pour passer par  Rocquebrune, vieux village perché et dominé par une forteresse carolingienne.
Avec Cécile, l’après-midi, nous roulons sur La Grande Corniche et visitons Nice, Nissa la bella Méditerranéenne, la place Masséna où se prépare le Carnaval et la promenade des Anglais qui épouse l'immense courbe de la baie des Anges.






Vendredi 15.02 à 9h08’ : Etape 5 : Semi-Marathon de la Grande Corniche en d’Eze au col, La Turbie, Cap d’Ail : 21,6km avec 636m D+ : 2h23’48"
Je prends le train jusqu’Eze, pittoresque village posé sur un cône de rochers puis pars en courant. J’atteins assez vite le Col d'Eze à 512m d'altitude avec un panorama au Nord sur la Vésubie et les montagnes enneigées du Mercantour. Je cours ensuite sur La Grande Corniche qui suit en partie le tracé de l'ancienne via Julia Augusta avec ses vues spectaculaires, jusqu’à La Turbie et le trophée des Alpes qui commémore la victoire de l'empereur Romain Auguste sur les peuplades insoumises qui occupent les Alpes après la mort de Jules César. Le temps passant, je dévale en courant le plus vite possible jusqu’à la gare du Cap d’Ail en bord de mer de peur de rater le seul train. A quatre minutes près, je le loupais et termine en trottinant. J’aurai couru 80km et marché 74km pendant cette belle semaine de vacances sur la French Riviera.
Nous terminons notre séjour par la visite d’une fabrique de confitures artisanales et nous allons visiter Vintimille et San Remo en Italie.






A Menton, on est au bout de la France avec un climat incroyable et ici les montagnes plongent directement dans la mer.



10.02 à 8h55’ au 15.02.2019 à 9h08’ : Mon Ultra-Marathon de Menton (80km en 5 étapes, 2237m D+) : 8h09’24"





Commentaires

Publier un commentaire