Périple au Peak Walk




Il y a quelques mois, lorsque j’ai entendu parler du Peak Walk, un pont suspendu à 3000m d’altitude en Suisse, tout de suite, j’ai eu envie de découvrir cet endroit.
Et, c’est avec mon frère Julien que je m’y rends ce samedi 11 août 2018. Nous partons de Villers-lès-Nancy à 5h45’ pour prendre le train de Nancy avec un changement à Dijon, où nous prenons un petit-déjeuner, et un suivant à Lausanne. Arrivés à Aigle, petite ville située au confluent de la vallée du Rhône et celles des Ormonts, entourée de montagne et de vignobles, nous changeons à nouveau de train pour nous rendre à la station des Diablerets à 1200m d’altitude. 



De ce bel endroit, il faut encore prendre un minibus pour le col du Pillon à 1546m et enfin le téléphérique en aller simple.





Quel spectacle ! De ce mythique glacier 3000 des Diablerets, nous avons devant nous un panorama époustouflant de 24 sommets de plus de 4000m, des parois vertigineuses et un champ de nuages. 





Le glacier compte une spectaculaire attraction, le Peak Walk (by Tissot), le premier pont suspendu au Monde reliant deux sommets d’une longueur de 108m entre la Pierre Noire et Scex Rouge à 2971m d’altitude. Nous mettons notre vertige de côté et traversons le pont sans soucis. Il fait beau, ensoleillé avec des passages nuageux et 7-8 degrés quand même malgré l’altitude.





Quelques minutes plus tard, il est temps de se mettre à courir pour rejoindre le sommet du Dôme culminant à 3016m d’altitude. Le trajet descend le long du glacier puis remonte la crête. Au point culminant, le Cervin, derrière le monolithe de la Quille du Diable, et le Mont-Blanc s’offrent à nos yeux. C’est magnifique !








Nous sommes désormais seuls car la station du téléphérique est fermée, ce qui donne une atmosphère particulière. Nous courons sur le glacier, traversons un petit torrent et arrivons vite à la Cabane. Le trajet se complique et se transforme en alpi-running avec une échelle contre une paroi rocheuse puis une corde fixe. Nous lirons plus tard avec amusement qu’il était noté sur le site internet, sentier pour "randonneurs sportifs". Enfin arrivés au col, il faut continuer en courant jusqu’aux Diablerets car le dernier bus est déjà passé. Et c’est 15km plus loin et 2000m plus bas que nous pouvons savourer notre bière avant de reprendre le petit train qui nous ramène à notre hôtel à Aigle.






Le lendemain, nous nous baladons à Montreux, la perle de la Riviera vaudoise, sur les quais ensoleillés du lac Léman en passant par le château de Chillon, véritable forteresse jusque Villeneuve au bout du lac. Après 12km, il est temps de penser au retour, retournons à la gare de Montreux et faisons le même trajet qu’à l’aller avec une nouvelle pause balade dans le vieux Lausanne.





Quel beau périple estival, j’en frissonne encore en écrivant ces quelques lignes.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mon Ultra-Marathon de Menton