Un Ultra-trail en Haute Provence



Cette année, je me suis inscrit à quatre compétitions d’ultra-trails et la première a lieu en Haute Provence, entre Alpes et Méditerranée.
Quand Cécile a choisi d’effectuer son stage de DU santé et thermalisme aux thermes de Gréoux-les-Bains, dans le cadre de Nancy thermal avec la faculté de pharmacie, j’ai tout de suite cherché un trail organisé dans le secteur. Et, comme les dates correspondaient, je me suis inscrit au trail de Haute Provence le 12 mai, l’Ultra de Lure.

Limitrophe de l'Italie, les Alpes-de-Haute-Provence sont entourées par les départements des Alpes-Maritimes, du Var, du Vaucluse, de la Drôme et des Hautes-Alpes et peuvent être divisés en trois zones : les plateaux, collines et vallées de Haute Provence dont celle de la Durance, qui regroupent un tiers de la surface et deux tiers de la population ; les Préalpes, zone de montagne intermédiaire aux vallées encaissées et aux villages très enclavés ; les Alpes, qui regroupent là les vallées de l'Ubaye, de la Blanche et du Haut Verdon.

Gréoux-les-Bains est une des premières stations thermales de France situé au cœur du Parc Naturel Régional du Verdon. Typiquement provençale, cette petite ville de 2700 habitants est un véritable lieu chargé d’Histoire avec son château des Templiers, son église, ses fontaines, ses lavoirs…


Avant de nous y rendre, nous nous arrêtons à Forcalquier située entre la montagne de Lure et le Lubéron pour récupérer mon dossard numéro 1058.
Le lendemain, Cécile m’y accompagne à nouveau et après des pâtes et un café, je m’élance pour une belle journée, à 5h moins 2 minutes.


Le parcours passe à travers les beaux paysages de Haute Provence avec l’ascension de la montagne de Lure. Ensuite direction le sommet par le barrage de la Laye et la montée des Ybourgues.


Le soleil se lève tôt et la luminosité est vraiment belle, je profite des paysages. Le panorama est encore plus splendide sur le plateau du rocher d’Ongles (15,6km, 661m d’altitude, 58ème au classement) avant d’atteindre les champs de Lavande de Lardiers par quelques belles descentes. Je suis maintenant au pied de la montagne de Lure, direction le Contras à 1620m d’altitude et je distingue les premiers sommets enneigés des Alpes (32,3km, 78ème).  

Je poursuis jusqu’aux antennes de Lure (45,6km, 1826m, 103ème) et le sommet en passant par la Baisse Malecort. Ici, la vue devait être époustouflante vers le Ventoux, les massifs du Dévoluy et des Ecrins, le Verdon et la Sainte Victoire. 



Mais je cours dans le brouillard avec un fort vent et j’ai hâte de descendre à nouveau dans la forêt, jusqu’à Saint-Etienne-les-Orgues (63,3km, 684m, 103ème), pour me réchauffer. A ce moment, il reste deux montées à enchaîner, vers Fontienne et celle des Mourres (Les Truques : 72,8km, 524m, 100ème). Au cœur des champignons de pierre, la citadelle signe d’arrivée s’offre à ma vue. 


Il fait vraiment chaud maintenant mais il ne reste que 3km de descente avant de rejoindre l’arrivée au cœur de la ville de Forcalquier.
Je termine cet Ultra de Lure en 12h33’06 et fini 98ème,  41ème de ma catégorie (master ; 77,5km avec 3628m D+  4 points Itra gagnés).



La semaine qui suit, comme Cécile est aux thermes toute la journée, je visite en courant les environs, la chapelle Notre Dame-des-Œufs, la plage Saint-Julien du lac d’Esparron, le village de Saint-Martin-de-Brômes, d’Esparron-de-Verdon. Je parcours 82km, ce qui fait tout de même 160km de course à pieds en une semaine et il faut rajouter 65km de marche. En effet, avec Cécile nous nous rendons à Manosque le lendemain du trail, belle ville bâtie sur un contrefort des collines du Lubéron, au-dessus de la plaine de la Durance. Le mercredi, je prends le train jusque Sisteron pour visiter sa citadelle, face au rocher de la Baume dont les strates sont presque verticales. Construite sur un éperon rocheux, c'est la première chose que l'on voit en arrivant dans la ville. La citadelle, avec ses fortifications, était un verrou stratégique sur la route menant des Alpes vers la Méditerranée. Et, la veille du retour, nous flânons à Aix-en-Provence et son cours Mirabeau.







C’est une belle semaine en Haute Provence en attendant de recourir à nouveau à Chamonix, ma terre de trail de prédilection.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mon Ultra-Marathon de Menton