Mad'Trail, le trail du col de la Madeleine


Comme l’an dernier, avec Cécile, nous repassons nos vacances d’été 2016 à la montagne, toujours dans les Alpes mais cette fois-ci du côté français, à Valmorel.

Valmorel est une station de la vallée de la Tarentaise, située à 15 km de Moûtiers à 1320 mètres d'altitude dans le département de la Savoie. Construite après les grandes réalisations des années 1960, inaugurée en 1976 et s'inscrivant dans une démarche d'un meilleur respect du cadre naturel, l'architecture s'inspire des chalets savoyards traditionnels : les maisons de trois à quatre étages sont bâties en bois, avec des toits de lauze.


C’est ma femme Cécile qui m’a inscrit au Mad’Trail, la deuxième édition du trail du col de la Madeleine, avec au programme, 64km et 3650m de dénivelé positif. Je ne suis peut-être pas encore tout à fait remis de mon premier ultra-trail, le 80km du Mont-Blanc couru trois semaines plus tôt, mais je suis, de ce fait, bien entraîné.
Aussi, le dimanche 17 juillet à 4h30’, avec mon dossard numéro 44, je m’élance parmi une centaine de coureurs sous les yeux de Cécile ; qui s’est levée aussi tôt que moi pour me préparer des pâtes dans la cuisine de l’hôtel où nous logeons !

Après un départ matinal au cœur du Bourg de Valmorel, le parcours du trail passe au niveau de l’accrobranche alternant ensuite entre sous- bois et chemin surplombant la station. Nous empruntons rapidement des sentiers monotraces pour monter progressivement jusqu’au col du Gollet à 1981m au 6,5ème km, d’où se dégage une magnifique vue sur les glaciers de la Vanoise. C’est le lieu du premier ravitaillement avant d’attaquer les pentes beaucoup plus raides qui nous mènent jusqu’à Crève-Tête au 8ème km et à 2342m d’altitude, point culminant du parcours. Je m’arrête quelques secondes pour prendre des photos tout en assistant à un sublime lever de soleil.



Nous suivons alors la crête pendant un petit moment, presqu’en apesanteur entre le massif de la Lauzière, les glaciers de la Vanoise et le Mont-Blanc au loin, avant une descente à travers la forêt et les alpages jusqu’au village des Charmettes. Une dernière petite côte jusqu’à Valmorel (18ème km du parcours) où après un second ravitaillement, je m’arrête quelques instants avant d’entamer la deuxième difficulté de ce trail.

Le tracé prend ensuite la direction d’un hameau pour attaquer la raide mais courte montée jusqu’au lieu-dit le Biard. Une longue partie roulante en balcon panoramique sur le massif de la Lauzière nous mène alors jusqu’au pied du col de la Madeleine d’où démarre un monotrace en lacets. Il commence à faire chaud et le chemin s’élève d’abord tranquillement dans un près longeant la route du col. Puis après avoir traversé le ruisseau de la Rave, il faut grimper plus de 400m de dénivelé afin de rejoindre le ravitaillement.

Le col de la Madeleine, situé au 29ème km du trail, culmine à 1993 mètres d'altitude entre les vallées de la Tarentaise et de la Maurienne, et sépare les massifs de la Vanoise et de la Lauzière. Lieu stratégique dès l’empire Romain, il devient une ascension prisée par les cyclistes à partir de 1969 lorsque la route actuelle est achevée, et le col a été franchi au total à 25 reprises par le Tour de France.



 La seconde moitié de la course se poursuit sur des sentiers dans le sauvage massif de la Lauzière. Ce massif préservé et classé se situe entre la rive droite de l'Arc, en Basse-Maurienne, et la rive gauche de l'Isère en vallée de la Tarentaise et culmine à 2829m au Grand pic de la Lauzière. Au cœur de ce massif, la fatigue commence un peu à se faire ressentir alors que le monotrace se fait plus technique. Je commence à avoir des douleurs, surtout en montée, au niveau du tendon d’Achille, mais cela reste supportable grâce au taping de Cécile. Comment rester de marbre devant ce paysage aux crêtes étroites qui lui donnent des allures de haute montagne ! Le parcours alterne entre montées, traversée de névés, descentes techniques et glissantes.

J’ai l’impression d’avoir mis beaucoup de temps pour arriver au ravitaillement de Pont Botto, au 39ème km. Deux kilomètres plus loin, j’ai la chance d’apercevoir une marmotte et j’arrive ensuite au lac du Branlay à 2047m d’altitude ; l’endroit est magnifique. La descente qui suit est pierreuse jusqu’au Logis des Fées, ravitaillement du 45ème km, puis continue en lacets serrés dans les épineux. Nous traversons la route menant vers le col de la Madeleine pour basculer vers l’autre versant globalement plus facile et je suis quasiment seul jusqu’à l’entrée de Doucy, dernier ravitaillement au 57ème km.



Il ne reste plus qu’à se laisser glisser à travers les alpages. J’accélère un peu la cadence malgré la chaleur et double quelques coureurs jusqu’à l’entrée de Valmorel. Désormais pressé d’en finir, je remonte en courant assez vite la rue principale sous l’acclamation des spectateurs et je vois Cécile quelques mètres avant la ligne d’arrivée. Je me précipite vers elle, l’embrasse et nous finissons ce trail main dans la main...un instant magique, inoubliable.


Je termine ce Mad’Trail, long de 64,7km avec 3650m D+ en 12h17'10" et suis 74ème sur 138 participants, 20ème de la catégorie Master au classement.


La suite de notre semaine de vacances est restée sportive avec quatre randonnées et au total 66km de marche dont la dernière de 21km avec 1022m de dénivelé positif. Je voulais absolument remonter à Crève-Tête pour revoir le panorama ! Nous sommes également allés à pieds à Pierrafort, au col du Gollet, aux deux belles cascades et aux Voiles du Nant. Nous avons aussi fait du rafting dans l'Isère et un peu de nage en eau vive, surtout pour Cécile. Mais nous avons aussi pris du bon temps, dîners au restaurant et un après-midi relaxant aux thermes.




Nous avons la chance de pouvoir repartir quelques jours à Chamonix moins d’un mois plus tard pour que je puisse courir la TDS dans le cadre de la semaine de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc.




Posts les plus consultés de ce blog

L'histoire du marathon

TDS, Sur les Traces des Ducs de Savoie

OCC, mes premières foulées sur l'Ultra-trail du Mont-Blanc